Après la longue promenade, on est enfin arrivés au Parc Maruyama. 

Il y avait la fête foraine pour ceux qui font le pique-nique sous les cerisiers.

IMG_0801

IMG_0806

IMG_0802

IMG_0810

Quelle ambience fantastique !

Sous le ciel entre chien et loup, les cerisiers fleurissent avec éclat, en reflétant l'illumination.

J'adore la couleur du ciel de cette heure-ci ; cet outremer chimérique me rend sentimentale, et m'invite à la rêverie...

IMG_0808

Et du coup, la voix ivre m'a ramenée de ma fantaisie. C'était un éclat de rire d'un groupe d'étudiants.

Dans le centre du parc, les salary-men et les étudiants font bombance joyeusement.

Ils boivent - pour s'amuser ou pour oublier ? je ne sais -, et se régalent de la beauté printanière.

Nous aussi, on a pris une petite place à la terrasse, et éprouvé de la joie de pique-nique à la japonaise.

 

Voici le fameux cerisier du Parc Maruyama.

Cette année aussi, il a été entouré de nombreux d'admirateurs.

IMG_0812

 

Ça y est, c'est le temps de recommencer notre promenade !

On continue vers les temples Kodai-ji et Kiyomizu-déra en passant par les petites rues pittoresques.

IMG_0816

 

Voici le temple Kodai-ji.

En ce moment, beaucoup de temples ouvrent leur porte pour la vue nocturne, et celui-ci a surtout une très belle réputation.

IMG_0828

Ce jardin de sable blanc, tout simple en temps originaire, se transforme en œuvre d'art contemporain pendant l'ouverture nocturne.

IMG_0829

La forêt de bambou.

IMG_0839

Et voilà l'étang-miroir qui reflète les arbres. Quelle beauté mystérieuse !

IMG_0834

 

Pour finir, on a marché vers le temple Kiyomizu-déra.

Aux rues Ninen-zaka et Sannen-zaka, il y a encore plein de boutiques qui tentent notre parti "toutes les boutiques"...

IMG_0849

5

 

Et nous voici, au temple Kiyomizu-déra !

IMG_0853

Ici, on a fait 胎内巡り "tainai-méguri" : on marche dans toute l'obscurité sous le pavillon principal, qui symbolise la matrice de Bondhisattva ; il n'y a pas d'une lueur, complètement noir, et on y marche à l'aide de la rampe de la forme de chapelet ; à la fin de la longue marche anxieuse - on la sent longue dans ces ténèbres ! -, on trouve une pierre éclairée, rayon d'espoir ; sur cette pierre, a été gravée une lettre sanscrite qui signifie "ventre" ; on fait vœu en touchant à cette pierre sacrée ; à la sortie, on se sent renaître.

En fin de compte, cette action représente le retour au flanc maternel pour renaître.

IMG_0861

Est-on tous renés, nous trois ? Je ne sais. Mais on a fait une expérience bien étrange !

De la terrasse populaire du temple, on a eu une vue magnifique sur la ville de Kyoto nocturne, et est descendus les pentes vers la ville pour notre dîner...